Matrix- théorie

Car ce qui mérite d’exister mérite aussi d’être connu, car la connaissance est l’image de l’existence ; atroces ou splendides, les choses existent.
Francis Bacon

  • L'expérience EPR menée par Albert Einstein, Podolsky et Rosen a confirmé « l'action à distance ». Grâce à l'énergie quantique, nous sommes continuellement connectés aux personnes qui nous entourent, en particulier celles qui sont les plus proches. En 1935, Einstein, Podolsky et Rosen ont réalisé l'expérience « paradoxe EPR », qui a permis d’identifier le phénomène d’« action à distance ». Les expériences incluant l'action à distance montrent que, grâce à l'énergie quantique, nous sommes constamment connectés, comme une connexion réseau sans fil, aux personnes qui nous entourent et en particulier aux personnes qui nous sont les plus proches ou celles que nous avons contactées récemment.1
  • Selon le phénomène EPR, décrit par Einstein, Podolsky et Rosen, toutes les particules qui sont pratiquement répandues dans l'univers, se connaissent quelle que soit la distance entre elles, et peuvent se synchroniser entre elles et, en réalité, elles le font. Mais qu'est-ce que cela signifie ? Que tout est lié à tout. Vous pourriez penser à un effet à longue distance, comme des signaux ou quelque chose de similaire, mais ce phénomène n'a rien à voir avec les signaux. Il s’agit plutôt une situation dans laquelle vous pensez, par exemple à Londres juste maintenant… ... « Et alors Londres se trouve ici » .2
  • Selon la théorie quantique, les particules qui sont enchevêtrées, se comportent comme si elles possédaient une connexion immédiate entre elles, capable de traverser l'univers entier. Étant donné que tout, y compris nous, se compose de particules, cet enchevêtrement pourrait-il expliquer les phénomènes paranormaux comme la télépathie ? En outre, des études sur les processus biochimiques dans les cellules vivantes ont montré des corrélations dans les propriétés des particules, dans la manière dont elles apparaissent dans l'enchevêtrement. Le résultat montre que l'enchevêtrement est considéré comme un facteur important dans le fonctionnement de l'esprit humain. Le prix Nobel de physique, Brian Josephson de l'Université de Cambridge va encore plus loin : il croit que l'enchevêtrement pourrait en effet être la cause longtemps recherchée de la télépathie.3
  • Expérience EPR. Les études du neurologue mexicain, Jacobo Grinberg-Zylberbaum, ont prouvé le fait que des cerveaux humains éloignés sont connectés. Il existe une preuve que cette idée absurde n'est pas loin de la vérité. Les expériences menées par le neuropsychologue mexicain, Jacobo Grinberg-Zylderbaum et ses collègues, ainsi qu’une vingtaine d’autres études, prouvent directement qu’il existe une connexion quantique, non locale, entre les cerveaux humains.4
  • 60 milliards de neutrinos par seconde crépitent sur chacun de nos centimètres carrés (Ghostly Particle Hunter).5
  • Même un être humain émet environ 5 000 particules fantômes mystérieuses, car les atomes de plomb se désintègrent dans le corps humain.6
  • Le fait que, selon l'équation d'Einstein, tout est énergie, signifie naturellement que l'amour aussi est énergie, et qu'il a une fréquence comme toutes les autres formes d'énergie.7
  • La fréquence de résonance de Schumann de 7,83 Hz correspond exactement à la fréquence du cerveau. Nous sommes inséparablement reliés à la Terre et notre cerveau résonne avec elle.8
  • Nous et les autres.Vittorio Gallese et Giovanni Buccino : depuis les neurones miroirs jusqu’à la compassion, chaque individu a une tendance naturelle à « co-résonner » avec ses pairs. Nous le faisons dans des situations très simples, comme celles décrites, mais aussi lorsque nous partageons avec les autres, des moments de grande souffrance ou de joie. Une découverte plus récente, des neurones miroirs, dans le domaine de la neurophysiologie nous permet d'expliquer les mécanismes utilisés par notre cerveau pour nous permettre de comprendre les actions des autres et de « co-résonner » avec eux.9
  • Programmer une matrice ?

Comme indiqué ci-dessus, les informations sont recueillies dans le champ universel (champ de fond, champ psychologique, champ du point zéro, « la mer de toutes les possibilités »), elles y sont stockées, et ensuite intelligemment (en fonction de la cible) utilisées et combinées avec sens et compréhension. À ce stade, vous pouvez faire une certaine analogie avec Internet : des contributions individuelles créent un champ immense d'informations. Dans la phase de superposition universelle (« mer de toutes les possibilités »), les qubits peuvent correspondre sans limites dans le temps et l'espace, à savoir instantanément et non localement, c'est-à-dire avec une capacité « infinie ». Cette capacité d'information est estimée à 10107 possibilités d'état inimaginables par unités de Planck. (Échelle Planck : 1033 cm est la plus petite unité fondamentale. Le volume Planck est alors de 10 ~ 33 pour une puissance de 3 [= 10-99] grand centimètre cube. Le volume Planck peut changer dans le temps Planck de 10""41 secondes).

Toutes les interactions dans l'univers transmettent non seulement de l'énergie mais aussi de l'information. Les particules ne font pas qu’entrer en collision, mais elles calculent également. La réalité se développe avec le calcul avancé (Lloyd 2006).

On sait depuis longtemps, que les spins quantiques sont sujets à l'enchevêtrement. Huping Hu et sa femme Maoxin Wu ont utilisé cette connaissance pour tenter quelque chose. Est-il possible d'enchevêtrer les spins des molécules d'eau avec les spins de médicaments et ensuite avoir l'effet des médicaments dans l'eau ? Cela fonctionne parfaitement, et est reproductible. La condition : Pour obtenir l'énergie pour l'enchevêtrement, une source cohérente est nécessaire, comme un laser, un champ magnétique ou un micro-ondes. Si vous buvez de l’eau qui a été enchevêtrée de cette manière, les symptômes seront les mêmes que si vous aviez pris le médicament (un anesthésique, dans ce cas) (Hu / Wu 2006).10

  • Ce que Heisenberg a découvert était comme un grand coup : l'observateur subjectif change la réalité qui semble objective. Ou, plus radicalement : il n'y a pas de réalité objective du tout. Tout se trouve dans un flux. Le facteur décisif réside toujours dans la sensibilisation ayant un impact sur les événements - l'esprit forme la matière. Pour la science courante, cette prise de conscience était évidemment un choc. Une nouvelle conception du monde a été forgé et a transformé les anciennes certitudes, une provocation pour les radicalistes.11
  • Environ 200 ans après Newton, Albert Einstein a présenté sa célèbre équation E = mc2, selon laquelle l'énergie et la matière restent dans une relation si fondamentale, qu'elles sont une seule et même chose.

Pour le domaine quantique, nous sommes connectés à tout, et comme tout dans l'univers, nous sommes aussi dans une certaine mesure également liés à une mer d'informations qui existe au-delà de l'espace physique et du temps. Bien que nous n'entrons pas en contact avec des éléments physiques dans le champ quantique et que nous ne sommes même pas proches d'eux, nous pouvons cependant les influencer et nous sommes à notre tour influencés par eux. Le corps physique se compose d'une énergie organisée et de modèles d'information, reliés à tout dans le champ quantique. Vous et toutes les personnes envoient un modèle d'énergie ou une signature particulière. Chaque chose matérielle émet des modèles d'énergie en particulier, chargés d'informations. Votre état mental fluctuant change consciemment ou inconsciemment cette signature d'un moment à l'autre, parce que vous êtes plus qu'un simple corps physique. Vous êtes une conscience exprimant différents niveaux mentaux à travers le corps et le cerveau.12

  • Il existe une expérience intéressante réalisée avec différents couples. Pendant qu’une personne se trouvait dans une chambre blindée électromagnétiquement, l'autre a été invité à penser à son partenaire. Les mesures EEG ont révélé la présence soudaine d'ondes cérébrales identiques à celles de son partenaire isolé. La matière n'existe pas réellement ! On dit que la matière ne se compose pas de matière, mais de vagues reliées entre elles qui échangent des informations. Ainsi, l'idée du monde des séparations a été abandonnée. Tout dans l'univers entier est relié ou, dans la langue des physiciens quantiques, quantiquement enchevêtré. Tout échange en permanence des informations avec tout. Pour cette raison, on appelle la physique quantique aussi physique de l'information ou physique des relations.13
  • Kevin Kelly, nous sommes de la poussière d'étoiles

D'où venons-nous ? L'explication disant que nous venons des étoiles me semble profonde, élégante et attrayante. Cela implique que la plupart des atomes en chacun d'entre nous, sont faits de plus petites particules, créées dans le four des étoiles disparues. Seuls nos blocs archaïques d'hydrogène sont nés avant les étoiles.14

  • En relation avec l'univers, je ne peux guère trouver quelque chose de plus poétique que le fait qu’en définitive, chaque atome de notre corps était autrefois une étoile qui a explosé. De plus, les atomes de ma main gauche proviennent probablement d'une autre étoile que ceux de la main droite. Littéralement, nous sommes tous des enfants étoiles et notre corps se compose de poussière d'étoiles.
  1. Les planètes se déplacent autour du Soleil en orbites elliptiques.
  2. La ligne de connexion (« faisceau de lumière ») entre une planète et le Soleil balaye les mêmes espaces dans des périodes identiques.
  3. Le carré du temps de circulation d'une planète est en proportion directe avec la troisième puissance de la grande demi-axe de la trajectoire.

Ces règles forment les bases de la loi de l’attraction universelle (loi de la gravitation) de Newton, formulée près de cent ans plus tard.15

  • Le rayonnement cosmique

Plus puissante en énergie que le plus grand accélérateur

Notre Terre est constamment bombardée par des noyaux atomiques de haute énergie, qui circulent dans le vide interstellaire. Ce phénomène est décrit comme rayonnement cosmique, parce que son influence augmente avec l’altitude dans l'atmosphère. Les noyaux atomiques entrants reflètent les abondances élémentaires dans l'univers : les noyaux d'hydrogène (protons) sont les plus fréquents (env. 87%). En plus, il y a environ 12% de noyaux d'hélium (particules alpha) et environ 1% de noyaux atomiques plus lourds.

L'énergie cinétique des noyaux couvre un très grand champ d'énergie. Plus ils sont rares, plus leur énergie cinétique est élevée. Parmi plusieurs milliards d’électron-volts (GeV), de nombreuses particules par mètre carré frappent l'atmosphère supérieure de la Terre. Ils peuvent provenir de notre Soleil.16

  • Lorsque deux objets quantiques, par exemple des électrons ou des photons, entrent en contact l'un avec l'autre, leurs états quantiques (c'est-à-dire les descriptions mathématiques de leurs caractéristiques) se combinent ou se croisent. À partir de ce moment, les destinées des objets quantiques restent étroitement liées, indépendamment de la distance à parcourir dans l'avenir.17
  • En effet, l'image d'un ensemble de boutons pressés est trop complexe et linéaire pour correspondre à l’impressionnante capacité que le subconscient a à traiter les données. On estime qu'il peut gérer, en proportion du poids beaucoup plus important du cerveau subconscient, 40 millions d'impulsions nerveuses par seconde. En revanche, le plus petit, le conscient, le cortex préfrontal ne peut gérer que 40 impulsions nerveuses par seconde. Cela signifie que le subconscient est 40 millions de fois plus rapide dans le traitement de l'information que le conscient.18
  • Nos pensées sont extrêmement puissantes.

Tout comme les signaux radio, nos pensées transmettent nos convictions et nos attentes dans le champ quantique (ce que j'appelle le champ du potentiel illimité, FP). Ce qu'elles dessinent dans notre vie, c'est ce qui correspond exactement aux ondes qui émanent de nous. Les physiciens quantiques ont prouvé qu'il était impossible d'observer quelque chose sans l'influencer. Il s’agit de l'effet observateur. Cet effet inverse tout ce qu’on a cru savoir jusqu'ici sur le fonctionnement du monde. Mais les possibilités qu'il ouvre sont simplement hallucinantes ! Ensuite, cela signifie que:

  1. Nous ne sommes pas entourés par la réalité 3D qui constitue tout ce qui existe, comme nous le pensions.
  2. Nous ne sommes pas des victimes sans défense.
  3. C’est tout une masse de multidimensions, qui attendait à ce que nous l’utilisions de manière créative.19
  • Le cerveau humain comporte environ 100 milliards de cellules nerveuses (a), où de grands corps cellulaires de 30 à 80 micromètres sont reliés les uns aux autres au moyen d’extensions d'envoi et de réception : les axones et les dendrites (b). Le transfert d'information a lieu dans de gros points de contact, d’une centaine de nanomètres, les synapses. Quand le signal électrique atteint la pré-synapse, des substances messagères sont libérées, qui arrivent à la pré-synapse à travers la fente synaptique et à partir de là, émettent à nouveau un signal électrique.20
  • Possible sans chimie : synapses électriques

Quasiment tous les contacts, au travers desquels les signaux circulent d'une cellule nerveuse à une autre, appartiennent au type de synapses chimiques. Ici, les impulsions électriques provoquent la libération de substances messagères chimiques, qui traversent l'espace synaptique jusqu’à la cellule voisine, pour libérer à partir de là un signal électrique (voir fig. à droite). Ce processus est complexe et demande du temps.

La transmission de signaux électriques par les synapses est nettement plus rapide. Les synapses sont constituées de protéines, appelées connexines, développant de minuscules canaux entre cellules voisines. De cette façon, elles permettent un transfert direct, presque instantané des impulsions électriques. De telles connexions sont situées par exemple dans les muscles du cœur et s'assurent qu'ils se contractent de façon rapide et coordonnée.21

  • À l'intérieur de vous, se trouve également un monde d'ondes

Ainsi, vous ne vivez pas seulement dans un monde qui se transforme en formes et revient, où il existe un nombre illimité de réalités possibles se développant simultanément, où tout bouge et les ondes d'énergie se propagent dans toutes les directions, mais vous vous déplacez aussi dans votre corps, dans le microcosme de votre vie personnelle.

On m'a souvent posé la question : D'où vient l'énergie ? De quelle source provient-elle ? Peut-elle s’épuiser un jour ? La réponse la plus importante à cette question est : nous abordons ici un phénomène que la plupart des gens n'ont pas encore compris dans son intégralité.

Tout est énergie. C'est la définition scientifique la plus avancée et aussi l'ancienne définition spirituelle de l'univers. C'est pourquoi les énergies ne sont pas seulement capables de nous créer et de nous maintenir, mais aussi de nous protéger et de nous soigner. C’est grâce au flux d'énergie libre que nous pouvons avoir une vie saine et heureuse, malgré tous les fardeaux quotidiens. Les physiciens quantiques répondent à ces questions avec calme et cohérence. Au final, expliquent-ils, l'univers entier est un conglomérat d’ondes. Un système homogène permettant une différenciation uniquement au niveau de la perception. Néanmoins, il n’était plus possible de maintenir une opposition substantielle entre matière et énergie.22

  • D'autre part, la question, où est-ce que la matière prend son énergie, reste un mystère pour les physiciens quantiques. Les particules élémentaires comme les électrons, par exemple, puisent leur énergie d'une source qui de toute évidence se trouve au-delà de notre espace-temps. En fait, certains physiciens peuvent calculer que les électrons ont presque une vie éternelle.

Regardons de plus près ce que signifie le terme « univers » (Universus), dérivé du latin. L'univers signifie littéralement « entier ». Il se compose de « unsus » et « versus », ce qui peut être traduit comme « transformé en unité ». La particularité de ce terme réside dans son affirmation de validité universelle : L'univers est formé par la totalité des phénomènes, des développements et des mouvements.

Cependant, c'est précisément le champ magnétique de la Terre, qui marque une intersection d'énergies universelles. C'est parce qu'il varie et que ces variations dépendent des influences des vibrations extraterrestres. La fréquence de résonance primaire de la Terre est de 7,5 à 8 Hz. Ceci résulte des lois physiques d'un résonateur de cavité répondant aux fréquences de l'univers. Le physicien Schumann a formulé dans les années 1940, une hypothèse correspondante, basée sur ses calculs. C’est seulement quelques décennies plus tard, qu’il a été possible de confirmer son exactitude grâce à des mesures.23

  • Soudain, j'ai découvert que la vie d’une cellule est déterminée par son environnement physique et énergétique et non pas par ses gènes. Les pensées positives ont un effet puissant sur le comportement et les gènes, mais seulement si elles coïncident avec la programmation réelle du subconscient. Bonnes vibrations, mauvaises vibrations et langage énergétique. La médecine classique a largement ignoré le rôle de l'énergie en tant que fournisseur d'informations, mais a appliqué des techniques de scanner non invasives, qui ont permis de lire précisément ces champs d'énergie. Les physiciens quantiques ont développé des dispositifs permettant d'analyser l'émission de fréquences de substances chimiques spécifiques. Ces dispositifs sont capables d'établir la composition moléculaire des matériaux et des objets. Pour les besoins de la médecine, ils ont été développés davantage afin de permettre la lecture du spectre énergétique, émis par les tissus et organes de notre corps. Comme l'énergie traverse facilement le corps, ces dispositifs modernes peuvent reconnaître les maladies en utilisant des méthodes non invasives comme la tomographie par ordinateur, l'imagerie par résonance magnétique et la tomographie par émission de positons. Les médecins détectent des dysfonctionnements dans le corps, car l'énergie spectrale des tissus sains diffère de celle des tissus malades.24
  • Permettez-moi de parler d'abord des particules subatomiques, les électrons et les quarks. Ils se caractérisent par une rotation spécifique, leur permettant d'exécuter un mouvement de rotation. L'axe de rotation tourne dans une direction, qui peut être déterminée par le biais de mesures. Cependant, au cours de ces mesures, des choses étranges se produisent. Le physicien quantique Paul Davies, a réalisé avec succès une expérience qui est depuis devenue légendaire. Il a construit un champ magnétique et a déterminé la direction de la rotation de l'axe de rotation. Les directions des autres axes de rotation devraient être déterminées par rapport à cette direction de référence, mais sans le champ magnétique. Le chercheur a réalisé les mesures et a constaté que, sans le champ, les axes des électrons tournent exactement dans la même direction que celle qui a été précédemment déterminée par lui comme direction de référence dans le champ magnétique construit. C'était comme si les électrons extérieurs au champ avaient été infectés. Davies a repris les mesures plusieurs fois et la rotation était toujours parallèle au champ. Davies a ensuite construit un champ magnétique avec une nouvelle direction. Et immédiatement, les axes de rotation des particules examinées à l'extérieur du champ ont changé en conséquence. Davis a décrit ce phénomène en disant que la rotation préétablie était ainsi reproduite par les particules. Il semblerait que les particules connaissent l'intention du chercheur et choisissent toujours la direction définie précédemment comme référence.

Encore une fois, rappelons que la cohérence est l'interférence ou la capacité de chevauchement des ondes, tandis que les différentes amplitudes du champ des sources de photons dans l'espace renforcent ou diminuent mutuellement. De cette façon, un état organisé se produit, où les ondes créent un champ de communication solidaire et sont fortement alignées les unes avec les autres. Dans le cas de photons non cohérents (chaotiques ou thermiques), en très peu de temps, les interférences se brisent.25

  • Votre corps est composé de 7,000,000,000,000,000,000,000,000,000 (7 octillions) d'atomes.26
  • Tout ce qui se trouve dans votre monde, tout ce que vous touchez, quelle que soit sa densité ou sa taille, est essentiellement une collection de charges électriques interagissant avec l'océan omniprésent des champs d'énergie, comme la résistance électromagnétique. Comme l'a déclaré plus loin Hal, la masse n'est pas égale à l'énergie : la masse est énergie.27
  • Nous sommes composés des mêmes particules élémentaires que tout le reste dans notre monde physique. Pour commencer, prenons environ 102? particules élémentaires (quarks et électrons) qui composent notre corps. Environ 100 millions de neurones, qui composent notre cerveau, transmettent continuellement des signaux électriques, qui nécessitent un mouvement de sextillions d'atomes environ, principalement des ions de sodium, potassium et de calcium. Les trois quarts de notre corps sont composés de particules d'eau, qui sont remplacées plus ou moins une fois par mois, tandis que les cellules de la peau et les globules rouges sont remplacés tous les quelques mois.28
  • L'entrainement est un terme en physique qui signifie que deux systèmes oscillants tombent en synchronie. Il a été inventé en 1665 par le mathématicien hollandais, Christiaan Huygens, après qu’il ait découvert que deux de ses pendules qui se trouvaient à proximité avaient commencé à basculer de façon synchronisée.

Le terme est également lié à la résonance ou à la capacité de tout système à absorber plus d'énergie que la normale à une fréquence particulière (le nombre de pics et de creux en une seconde). Tout objet vibrant, y compris une onde électromagnétique, a ses propres fréquences préférentielles, appelées « fréquences de résonance », où la vibration est la plus simple pour lui. Quand il « écoute » ou reçoit une vibration d'autres sources, ils les ignore et se règle sur sa propre fréquence de résonance. C'est un peu comme une mère qui reconnaît immédiatement son enfant dans une foule d'écoliers. Les planètes ont des résonances orbitales. Notre sens de l'ouïe fonctionne à travers une forme d'entrainement : différentes parties d'une membrane de l'oreille interne résonnent à différentes fréquences de son. La résonance se produit même dans les mers, comme dans la résonance des marées de la baie de Fundy à l'extrémité nord-est du golfe du Maine, près de la Nouvelle-Écosse. Armour a découvert des neurotransmetteurs dans le cœur qui signalent et influencent les aspects de pensées supérieures dans le cerveau. McCraty a découvert que le toucher et même le fait de se concentrer mentalement sur le cœur provoque l'entrainement des ondes cérébrales entre les personnes. Quand deux personnes se sont touchées tout en concentrant leurs pensées affectives sur leurs cœurs, leurs deux rythmes cardiaques plus « cohérents » ont commencé à entraîner le cerveau l’un de l'autre.29

  • Le cosmos auto-régulant

Le déploiement régulier de l'ordre cosmique a conduit à la formation de structures complexes à toutes les échelles. Astronomiquement parlant, les plus petites structures se trouvent dans le système solaire. C'est une réflexion intéressante : bien que les mouvements des planètes aient longtemps fourni l'un des meilleurs exemples de l'application réussie des lois de la physique, nous ne disposons toujours pas d’une bonne compréhension de l'origine du système solaire. Les orbites planétaires possèdent un degré d'ordre inhabituel, même mystérieux. Par exemple, la célèbre loi de Bode (en réalité due à l'astronome Titius) qui concerne les distances des planètes du Soleil. Il s'avère que la formule simple rn = 0,4 + 0,3 x 2n, où rn est le rayon orbital de la planète n du Soleil, mesuré dans les unités du rayon orbitaire de la Terre, fonctionne pour toutes les planètes, à quelques centièmes près, à l'exception de Neptune et Pluton. La loi de Bode a été capable de prédire correctement l'existence de la planète Uranus, et même de prédire la présence d'une planète « disparue » où se trouve la ceinture d'astéroïdes. Malgré ce succès, il n'y a pas de base théorique convenue pour la loi. Soit l'arrangement ordonné des planètes est une coïncidence, soit certains mécanismes physiques encore inconnus ont organisé le système solaire de cette manière.

La gravité : source d'un ordre cosmique

Sur les quatre forces fondamentales de la nature, seule la gravitation agit sur les distances cosmologiques. En ce sens, la gravité gère le cosmos. Elle est responsable de la structure de l'univers à grande échelle, et c'est dans cette structure que d'autres forces exercent leurs rôles. Les physiciens et les astronomes ont depuis longtemps estimé que la gravité est particulière dans la manière dont elle organise la matière. La clé de la capacité de structuration unique de la gravité est sa nature universellement attrayante et sa longue portée. La gravité tire sur chaque particule de matière dans l'univers et ne peut pas être filtrée. Ses effets sont donc cumulables et augmentent avec le temps. L’enseignement de l’EPR est que les systèmes quantiques sont fondamentalement non locaux. En principe, toutes les particules qui ont jamais interagi les unes avec les autres, appartiennent à une fonction d'onde unique - une fonction d'onde globale contenant un nombre stupéfiant de corrélations. On pourrait même considérer (et c’est le cas de certains physiciens) une fonction de vague pour l'univers entier. Dans un tel schéma, le destin de toute particule donnée est inséparablement lié au destin du cosmos dans son ensemble, pas dans le sens trivial où il peut ressentir les forces de son environnement, mais parce que sa réalité est entrelacée avec celle du reste de l'univers.30

  • Premièrement, pour que vous puissiez être ici, des trillions d'atomes à la dérive devaient s’assembler d’une manière complexe et curieusement forcée, et vous créer. C'est un arrangement si spécial et particulier, qu'il n'a jamais été éprouvé auparavant et il n’existera qu’une fois. Pendant de nombreuses années à venir, nous espérons que ces minuscules particules, sans problème, se livreront à tous les milliards d'efforts dévoués et coopératifs nécessaires pour que vous restiez intacts et pour vous permettre d’expérimenter l'état extrêmement plaisant, mais généralement sous-estimé, connu sous le nom d'existence.

Aucun espace d'un atome reste inutilisé. Il y a une activité partout. Tout est régi par l'énergie électrique. La plupart d'entre nous ne le ressentent probablement pas, mais nous sommes tous des cellules électriques. Les aliments que nous mangeons et l'oxygène que nous respirons sont combinés dans nos cellules en électricité. La raison pour laquelle nous ne nous donnons pas de chocs massifs ou ne brûlons pas le canapé lorsque nous nous asseyons, c'est que tout se passe sur une échelle minuscule : seulement 0,1 volts parcourant des distances mesurées en nanomètres. Cependant, si vous l’appliquiez à grande échelle, cela se traduirait en champs électriques de 100 par mètre, beaucoup plus forts que le noyau de la foudre.31

  • Rizzolatti a conclu que, dans le cerveau des primates comme des humains, il ne doit pas y avoir de distinction entre l'observation et l'action. La seule façon de comprendre les nombreuses expériences qui nous entourent, est de les imaginer en les éprouvant mentalement. Nous comprenons les actions des autres en simulant l'expérience à partir de notre point de vue personnel, comme si nous exécutions la même action. Rizzolatti s'est rendu compte qu'il avait découvert quelque chose de fondamental dans la neurobiologie de la compréhension. Il a commencé à décrire ce phénomène comme à un « effet de miroir », car les neurones avaient un double objectif : appeler les muscles à agir et prendre note des actions des autres.

Convaincu qu'ils avaient découvert un moyen important par lequel le cerveau se connecte avec le monde extérieur, Rizzolatti et son équipe ont écrit un petit article détaillant une année de leur recherche et l'ont envoyé au prestigieux journal scientifique « Nature ». Il a été refusé ne pouvant intéresser personne en dehors de milieu des neurosciences. Grâce à un contact personnel, Rizzolatti a fini par réussir à publier l'article dans le « Journal of Experimental Brain Research ». Cinq ans plus tard, après que le document ait été largement lu et tous ses propos aient été intégrés dans le monde, le plus important journal de neurologie, « Brain », a récupéré une version mise à jour de sa recherche originale et l’a immédiatement publiée.

Nous ne faisons pas qu’imiter les émotions des autres, mais nous les ressentons profondément dans notre corps. Nous sommes tellement connectés au paysage émotionnel qui nous entoure, qu'un environnement positif ou négatif affecte notre corps et sa capacité à fonctionner. Les cellules tueuses naturelles, qui sont la ligne de défense du système immunitaire contre le cancer et de nombreux virus, sont très réactives au stress dans nos vies, en particulier les facteurs de stress sociaux. De grands creux dans le nombre et l'activité de ces cellules ont été observés lors de disputes et même de conflits mineurs.32

  • Dès le début, deux personnes qui se mettent en couple, recherchent des similitudes. Plus elles trouvent de similitudes, plus elles croient qu'elles s’appartiennent, et plus elles ont la certitude que leur amour est éternel.

Nous nous recherchons toujours dans les autres. Si nous sommes sur la même longueur d'onde que notre partenaire, les crises ou les divergences d'opinions ne vont pas nous séparer. Chaque relation, surtout lorsqu’elle dure depuis longtemps, traverse des crises. Mais la signification plus profonde du terme « crise » peut aussi signifier « catharsis » et « guérison ». Nous grandissons, et guérissons les soucis de notre enfance. Cela peut souvent mettre une pression sur le partenaire. Mais un couple qui est en résonnance survivra à toutes les épreuves de stress. Et maîtrisera la crise ensemble. Rien dans le monde ne peut remettre en question le sentiment de s'appartenir.33

  • Il y existe une école de pensée au sein des neurosciences disant que le libre arbitre est un mythe, que le cerveau préconscient informe l'esprit conscient, qui agit alors comme s’il prenait une décision, alors qu'en réalité, notre action était déjà décidée avant que nous la réalisions. Certaines personnes redoutent que, si cela est vrai, l'amour serait comme la physique quantique, où le simple fait d'observer deux particules enchevêtrées changerait leur personnalité. Si nous prenons conscience des mécanismes affectifs du cerveau, pourrons-nous vraiment le détruire?34
  • Pourquoi nos pieds sont-ils collés au sol?

En un mot : gravité ! La gravité est une force universelle d'attraction entre toutes les masses. Autant que nous le sachions, tout dans l'univers le ressent. La force de gravité, bien qu'elle soit faible, croît avec la masse. Bien que négligeable pour les petits corps, elle est conséquente dans le cas des grands corps : Terre, Soleil, galaxie.

Qu'est-ce qui nous protège des dangers de l'espace?

Les particules chargées, comme les protons (noyaux d'hydrogène) et les électrons, glissent facilement à travers l’espace à la vitesse de la lumière. L'énergie élevée les rend dangereux. Le champ magnétique de la Terre dévie ces particules et les éloigne. La Lune et Mars (où il y a très peu de terrain) sont les endroits les plus dangereux.

À quoi ressemble l'espace cosmique?

En effet, l'espace interplanétaire contient environ 10 atomes par cm3 (un bon vide terrestre en contient 100 000 et l'air au niveau de la mer 30 milliards de milliards).

Sommes-nous faits de poussière d’étoiles?

Avec ses trous noirs, ses nébuleuses et ses étoiles explosives, l’univers semble déconnecté de nos vies. Il n’y a rien de moins vrai. Le fer dans votre sang, le calcium dans vos os, l'oxygène qui remplit vos poumons... Tout a été forgé à l'intérieur d'étoiles mortes avant la naissance de la Terre. Les astrologues n'ont pas tort d'être fous, mais de ne pas l'être assez. Nous sommes beaucoup plus connectés aux étoiles qu'ils ne l'ont jamais imaginé. Voulez-vous voir un peu d'étoile ? Attrapez votre main. Vous êtes fait de la chair d’étoiles. Vous êtes littéralement né dans le ciel.

Qu’est-ce que sont les étoiles neutroniques et les pulsars?

Voici un fait fou : vous pourriez entrer toute la race humaine dans le volume d'un morceau de sucre. Pourquoi ? Parce que la matière est étonnamment vide. D’une façon naïve, vous pouvez représenter un atome comme un mini système solaire, avec des électrons en orbite comme des planètes autour d'un minuscule « noyau » central comme le soleil. Mais la photo d'un atome en tant que mini système solaire ne parvient pas à indiquer à quel point l'atome est étonnamment vide. Cela représente 99.9999999999999% d'espace vide. Si vous pouviez extraire tout l'espace vide de tous les atomes de toutes les personnes dans le monde, l'humanité représenterait bien un morceau de sucre. Ce n’est pas seulement une théorie folle. Il y a des objets dans l'espace où tout l'espace vide a été éjecté de leurs atomes, les étoiles de neutrons.

Comment la lune influence-t-elle la Terre?

Contrairement à la croyance populaire, les marées terrestres ne sont pas causées par la gravité de la Lune mais par les différences dans la gravité de la Lune.

Notre système solaire est-il spécial?

Le système solaire mis de l’ordre dans la structure : les planètes orbitent dans la même direction, plus ou moins dans le même plan. C’est probablement lié à l'origine du système.

Qu’est-ce que les radiotélescopes interceptent?

Les ondes radio sont des ondes électromagnétiques de plus de 1 cm de longueur d'onde. Ils constituent la partie la plus basse de l'énergie du spectre électromagnétique.

Qu’est-ce que sont les rayons cosmiques?

Environ 90% des rayons cosmiques sont des protons (noyaux d'atomes d'hydrogène) ; 9% sont des particules alpha (noyaux d'hélium) ; 1% sont des noyaux plus lourds. En cas de collision avec les molécules d'air, les rayons cosmiques produisent des douches de particules secondaires et une lueur très faible connue sous le nom de rayonnement Cerenkov. Les détecteurs de particules terrestres, répartis sur une grande surface, enregistrent les douches d'air. Les détecteurs de lumière ultrasensibles enregistrent le rayonnement de Cerenkov.35

  • L'électromagnétisme fait plus que simplement alimenter notre téléviseur et tenir la facture d’électricité sur la porte du réfrigérateur. C'est l'une des forces fondamentales qui contrôlent le cosmos, et l'électricité et le magnétisme naturel sont partout où nous nous trouvons. Toutefois, avant de pouvoir discuter des propriétés de l'univers électromagnétique, nous devons considérer la façon dont nous mesurons et décrivons ces forces. Tout le monde connaît la tension et le courant. Par exemple, l'ordinateur sur lequel j'écris ces mots, crée une tension de 240 volts3 et un courant de 1,5 Amps. Mais regardons ce que signifient ces termes. Le courant mesure simplement la vitesse à laquelle les électrons courent le long d'un fil. Un courant de 1 ampère est produit lorsque chaque seconde, environ 6,241,509,600,000,000,000 d'électrons traversent un point donné. La tension est un concept légèrement plus abstrait. Elle mesure la puissance de la force avec laquelle les électrons sont poussés le long du fil.

Les extrêmes de la gravité. La gravité est une force commune. Toutes les particules de matière dans le cosmos exercent une force gravitationnelle sur toutes les autres particules. Même si la seule gravité que vous pouvez « ressentir » en ce moment est la gravité terrestre, qui vous attire vers le bas, les personnes et les objets autour de vous sont également attirés par votre propre petite attraction gravitationnelle, tout comme chaque planète, étoile et galaxie dans l'Univers. Bien que la gravité soit courante, elle est étonnamment faible. Vous pouvez facilement le constater en approchant un petit aimant d’un trombone et en le soulevant. L'attraction magnétique est beaucoup plus forte que la gravité et permet à un petit aimant de conquérir la force de gravité de la planète Terre entière. La principale différence est que l’attraction magnétique ne se répand généralement pas sur de grandes distances, alors que la gravité est partout. Vous ne pouvez pas vous protéger de la gravité ou vous cacher, vous ne pouvez pas l'éliminer. Tout dans l'Univers connaît l'attraction gravitationnelle de tout le reste.36

  • Nous savons qu'une mole de substance contient un nombre fixe d'atomes ou de molécules qui forment cette substance. Il s’agit du numéro d'Avogardo, un peu plus de six cent milliards de trillions (6 x 1023). Voici donc la réponse. Le poids d’un glaçon que vous sentez dans la paume de votre main est le résultat combiné des masses de six cent milliards de trillions de molécules de H2O, soit environ 10 800 milliards de trillions de protons et de neutrons.37
  • Depuis un siècle, les physiciens savent que l'acier solide est un espace quasiment vide, car les noyaux atomiques qui représentent 99,95% de sa masse sont de minuscules boules qui ne font que 0.0000000000001% du volume, et que ce quasi vide seulement paraît solide parce que les forces électriques qui maintiennent ces noyaux en place sont très fortes. De plus, des mesures minutieuses des particules subatomiques ont révélé qu'elles semblaient se trouver en même temps à différents endroits, un puzzle bien connu au cœur de la physique quantique.

J'ai d'abord réalisé les calculs pour les neurones, les cent milliards de cellules nerveuses qui, comme les fils, transmettent des signaux électriques dans votre cerveau. Les neurones sont minces et longs. Si vous faites une ligne avec vos neurones, ils feraient le tour de la Terre environ quatre fois. Ils transmettent des signaux électriques en transportant des atomes de sodium et de potassium qui ont chacun un électron manquant (et donc possèdent une charge électrique positive). Si vous connectez un voltmètre à un neurone en repos, vous mesurerez 0,07 volt entre l'intérieur et l'extérieur de la cellule. Il existe une réaction en chaîne, appelée impulsion, qui se propage sur la longueur du neurone à une vitesse de 230 kilomètres par heure, alors qu'un million d'atomes de sodium entrent dans la cellule. L'axone récupère rapidement et les neurones rapides peuvent répéter ce processus d’impulsions plus de mille fois par seconde.38

  • Cole Porter « What is this thing called love » (« Quelle est cette chose que l'on appelle l'amour ? »), 1929

L’amour. La plus merveilleuse chose qui soit au monde ou une boîte de sentiments enchevêtrés ? Est-ce quelque chose de compliqué ou la chose la plus simple au monde ? Est-il possible de l'expliquer scientifiquement ? Il domine notre vie, nous le savourons ou nous le recherchons, et quand nous en sommes privés, le monde semble s'effondrer. Les nombreuses facettes de l'amour nous occupent tellement, que depuis toujours, presque chaque poème, chaque livre ou pièce musicale et chaque film traitent de l'amour encore et encore. Il est toujours nouveau et fascinant. Et c'est juste, parce que l'amour est la clé de l'existence humaine continue. Il n’est pas étonnant que l'amour soit commandé par des mécanismes biologiques forts et étonnamment simples. Cependant, ces mécanismes influent non seulement notre vie amoureuse, mais aussi d’importants aspects de notre comportement social. Des hypothèses récentes suggèrent que les conséquences complexes des liens sociaux sont co-responsables de la complexité et même de la taille exceptionnelle du cerveau humain (Dunbar et Shultz 2007). L'amour est si simple, mais il a des conséquences d’une grande portée.

Pour les neurobiologistes, l'amour ne peut certainement pas être contrôlé de façon volontaire, il semble domicilié dans des zones cérébrales primitives profondes. Il n’est pas étonnant que cela ait été prouvé entre-temps avec des expériences sur des animaux et des scanners du cerveau humain. Et il n'est pas surprenant que les dernières recherches sur le cerveau au niveau moléculaire révèlent un lien étroit entre la dépendance et l'amour.

Dans l'ensemble, il apparaît que notre activité humaine est étonnamment fortement déterminée par notre biologie, en partie par des comportements génétiques dont nous avons hérité, en partie par des expériences dans l’enfance qui laissent leurs emprunte dans le cerveau. Il est déjà possible d’expliquer biologiquement certains comportements et différences de personnalité mais cela ne nous dégage pas de la responsabilité de nos décisions et actions. Le fait que nous soyons des organismes biologiques fait partie de la nature humaine.

Tout d'abord : Nous décidons nous-même de ce qui nous convient le mieux, l'intuition est inégalée ici. Aucune agence, aucun conseiller, aucun formulaire psychologique à remplir ne peuvent faire mieux. (...)

Vous m'attirez!

La recherche de partenaires qui nous ressemblent est caractéristique pour de nombreuses espèces. Le terme biologique qui caractérise ce phénomène est « homogamie ». Mais comment un homme (ou une femme) parvient à trouver un partenaire génétiquement aussi proche ? La réponse est vraiment simple : les parents génétiques nous ressemblent en apparence physique. Et comment vous pouvez le reconnaître (surtout lorsqu’en tant qu'homme préhistorique vous ne disposez pas de miroir) ? La réponse à cette question s'appelle « empreinte sexuelle ». Comme vos parents sont vos êtres les plus proches, vous cherchez un partenaire (homme ou femme) qui ressemble le plus possible à vos parents.

Ainsi, en moyenne, en recherchant un partenaire, les personnes suivent des critères biologiques fondamentaux malgré les influences culturelles, sociales et cognitives. Cependant, il convient de souligner que notre comportement et notre choix de partenaire sont complexes. De nombreuses influences sont encore largement inconnues et inexplorées et de nombreuses influences sont plus en lien avec nous, en tant qu’individus cognitifs qu'avec nous en tant qu'acteurs biologiques et évolutivement optimisés.

Une autre réflexion : Le fait que nous soyons heureux avec notre partenaire ne dépend pas nécessairement de l'accomplissement de tous les critères biologiquement pertinents, génétiquement optimisés ou évolutifs. Ces critères déterminés par l'évolution permettent uniquement de transmettre autant que possible nos gènes. Notre bonheur personnel peut être situé complètement ailleurs.

Il faut aussi clarifier ce que cela signifie dans le contexte des dimensions neuronales : un cube de 3x3x3 mm, soit 27 mm cube contient selon certaines estimations et selon la zone du cerveau, de 500 000 à 2 millions de neurones, pour lequel on obtient une valeur moyenne toutes les deux secondes.39

  • Le rôle du nerf vague

Votre personnalité actuelle est en également formée par un troisième facteur biologique, que nous voulons vous présenter : le dixième nerf crânien. Il constitue la principale ligne de connexion entre votre cerveau et votre corps, et est également appelé le nerf vague. Il part du tronc cérébral et traverse les organes internes. Mais surtout, il relie votre cerveau à votre cœur. Vous savez que votre rythme cardiaque augmente lorsque vous vous sentez offensé ou menacé - cela peut être attribué à la réaction « combat-fuite », héritée de nos ancêtres, mais vous ne savez peut-être pas que c'est votre nerf vague qui calme votre cœur qui bat, en engageant (avec l'ocytocine) une autre réaction, également primitive « Calm-and-Connect » (rester calme et se connecter).

Dans le contexte de l'information, où l'amour est égal à l'attachement, il devient clair que votre nerf vague est une activité biologique qui soutient et coordonne votre expérience affective. Ce nerf échappe à votre conscience. Il stimule de minuscules muscles faciaux, responsables de l’établissement d’un contact visuel et de la synchronisation de votre expression faciale avec celle d'une autre personne. Il règle même les minuscules muscles de votre oreille moyenne, afin que vous puissiez mieux entendre la voix d'une autre personne malgré les bruits de fond. D'une manière douce mais encore radicale, le nerf vague augmente les chances que vous éprouverez une affinité tous les deux. Cela augmente les chances d'une résonance positive.

La nouvelle science de l'amour montre clairement que votre corps fonctionne comme un verbe. Bien sûr, certaines caractéristiques de votre corps, comme votre ADN ou votre couleur des yeux, restent relativement constantes. Mais votre cerveau enregistre sans cesse les conditions de vie qui ne cessent d’évoluer et coordonne le flux de substances biochimiques qui, en retour, changent votre corps et votre cerveau de l'intérieur, au niveau cellulaire. Votre corps prend l'initiative. D'une manière remarquable, il envoie tout ce que vous ressentez, vos moments de résonance positive ou leur absence, à toutes les parties du corps, il vous prépare à être en bonne santé ou malade, et plus ou moins pour un attachement affectif.

L'amour se caractérise par l’attention et le soin qu’on porte aux autres, la chaleur et un véritable intérêt qui vous amènent à donner votre confiance et empathie. Un article qui a paru il y a quelque temps, qui essayait d'identifier la caractéristique la plus importante de l'amour – à appliquer à toutes les variantes d'amour : romantique, parental au platonique - détermine l'attention et le soin, ou plus abstraitement « l'investissement dans le bien-être d'une autre personne, et seulement pour le bien de son bien-être », comme l'empreinte essentielle et toujours présente de l’amour. L’attention et le soin provoquent que vous êtes plus attentifs aux besoins des autres personnes, vous recevez et traiter les informations que vous recevez, de manière plus attentive, afin de protéger vos proches d’une perte. En outre, lors d’un rendez-vous avec des personnes, avec lesquelles vous partagez des petits moments de résonance positive, l'amour mène à des réactions positives encore plus automatisées - vous supposez que vous êtes favorablement disposé les uns envers les autres, ce qui vous permet de vivre d'autres moments de résonance positive. Des études ont même révélé que votre interaction quotidienne avec des amis ou des collègues deviendrait beaucoup plus gaie et agréable si vous appreniez à prendre soin des microéléments de l'amour.

En clair : l'amour mène à un changement fondamental du cœur.

Imaginez à quel point un match de football ou un concert peuvent provoquer une résonance positive à grande échelle. Grâce à des appels intenses synchronisés, des chansons, des marches, des danses ou d'autres actions simultanées, un sentiment profond de solidarité de groupe peut être créé, capable d'absorber même un stade entier.

Devenir

Au fil du temps, l'amour déclenche des mouvements ondulatoires. Plus vous ressentez une résonance positive chaque jour, plus l'influence est importante sur ce que vous allez devenir.

Perspectives d'avenir

Nous avons vu comment l'amour envoie ses mouvements ondulés dans le temps et l'espace. Selon les études, votre conscience s’ouvre automatiquement lors d’un moment de résonance positive, de sorte que vous, ainsi que d’autres personnes, apprenez à apprécier ce moment plus que ce n'est le cas normalement. De plus, votre corps commence automatiquement à se pencher vers une autre personne et est en accord avec elle, en commençant une danse subtile et synchronisée qui renforce votre attachement. Au fil du temps, ces moments puissants vous changent. Ils contribuent à l'extension de votre réseau social, renforcent votre résilience, augmentent votre sagesse et améliore votre santé physique. En outre, l'amour est profondément personnel. Il se développe dans votre esprit et votre corps avec leur aide, comme une vague, il aboutit à chaque nouveau micro-moment d'attachement, dans chaque sourire, dans cette considération que vous partagez avec d'autres. Donc, bien que ces micro-éléments soient profondément personnels et volatils, ils deviennent de plus en plus l’objet d'investigations scientifiques. Ainsi, pour la première fois, vous pouvez regarder et apprécier l'amour non seulement à travers des lunettes personnelles subjectives, mais aussi à travers des lunettes scientifiques objectives. De cette façon, vous pouvez mieux comprendre, pourquoi votre corps et votre esprit sont créés pour l'amour et ne peuvent qu’en bénéficier. Apprenez à chercher l'amour plus souvent et cela, non seulement vous soutiendra, mais aussi votre environnement et notre monde, bien au-delà de ce que vous et moi pouvons imaginer aujourd'hui. IL'amour offre de nombreuses opportunités. À vous de les saisir et de mener une vie accomplie.40



  1. Alexander Loyd, Beyond Willpower, 2015
  2. Hans-Peter Dürr, Marianne Oesterreicher, We Experience More than We Understand: Quantum Physics and the Question of Life, 2001
  3. ‘Quantum Entanglement’, BBC News, 2 April 2016
  4. Prof. Amit Goswami, Quantum Creativity, 2014
  5. ‘Physik-Nobelpreis 2015: Jäger der Geisterteilchen’, Spiegel Online, 11 October 2015
  6. ‘Physik-Nobelpreis 2015: Jäger der Geisterteilchen’, Spiegel Online, 11 October 2015
  7. Alex Loyd, The Greatest Principle. Unlocking the Hidden Keys to Ultimate Success in All Areas of Your Life. From Stress to Success, 2014
  8. Paul Jakubczyk, Earthsong, Raum & Zeit, Thema Holistische Wissenschaft, Issue 21, 2014
  9. Manfred Spitzer, Wulf Bertram, Hirnforschung für Neu(ro)gierige - Braintertainment 2.0.
  10. Ulrich Warnke, Quantum Philosophy and Spirituality: The Key to Secrets of Human Being Bound Edition, 2011
  11. Ulrich Warnke, Quantum Philosophie and Spirituality. The key to the secrets of human being, 2011
  12. Dr. Joe Dispenza, Breaking the Habit of Being Yourself: How to Lose Your Mind and Create a New One, 2012
  13. Dr. Med. Lothar Hollerbach, The Quantum Code. Healing and Self-Healing through the Primal Energy, 2012
  14. John Brockman, How does the world work?, 2014
  15. Lawrence M. Krauss, A Universe from Nothing: Why there Is Something Rather than Nothing, 2012
  16. Benjamin Bahr, Jörg Resag, Kristin Riebe, Fascinating Physics, 2013
  17. Paul Parsons, Scientific Theories in 30 Seconds, 2015
  18. Bruce H. Lipton, Steve Bhaerman, Spontaneous Evolution: Our Positive Future and How to Reach It, 2009
  19. Pam Grout, E³ Nine More Energy Experiments that Prove: Manifesting Magic and Miracles Is Your Full-Time Gig, 2014
  20. Gehirn und Geist Basiswissen 2/2011; Nils Brose, Ludwig Kolb, Contact Points in the Limelight
  21. Gehirn und Geist Basiswissen 2/2011; Benjamin Wilhelm, William Zhang, Silvio Rizzoli, To The Synapse, Please!
  22. Penney Peirce, Frequency, Trinity, 2009
  23. Dieter Broers, Checklist Energy: Seven Strategies of How to Heal a Burn-Out and a Lack of Energy with Cosmic Energy
  24. Bruce H. Liton ‘Intelligent Cells: How Do Experiences Command Our Genes’, Biology of Beliefs, Mountain of Love/Elite Books
  25. Dieter Broers, Thoughts Create Reality: The Laws of Consciousness
  26. Alexander Loyd, Beyond Willpower, 2015
  27. Lynne McTaggart, The Field: The Quest for the Secret Force of the Universe, 2002
  28. Max Tegmark, Our Mathematical Universe. My Quest for the Ultimate Nature of Reality, 2014
  29. Lynne McTaggart, The Intention Experiment: Using Your Thoughts to Change Your Life and the World, Studio Astropsychlogii, 2012
  30. Paul Davies, Cosmic Blueprint: New Discoveries in Natures Ability to Order Universe, Copernicus Center Press
  31. Bill Bryson, A Short History of Nearly Everything, 2003
  32. Lynne McTaggart, The Bond. How to Fix Your Falling-Down World
  33. Pierre Franckh, The DNA Field and the Law of Resonance: Creating Reality through Conscious Thought and Das Gesetz der Resonanz
  34. Larry Young, Brian Alexander The Chemistry Between Us. Sex, Love, and The Science of Attraction
  35. Marcus Chown, Govert Schilling Tweeting the Universe. Tiny Explanations of Very Big Ideas
  36. Bryan Gaensler, Extreme Cosmos
  37. Jim Baggott, Higgs: The Invention and Discovery of the ‘God Particle’, 2012
  38. Max Tegmark, Our Mathematical Universe, My Quest for the Ultimate Nature of Reality, 2014
  39. Andreas Bartels, Die Liebe im Kopf - Uber Partnerwahl, Bindung und Blindheit.
  40. Barbara L. Fredrickson, The Power of Love: A New Look at the Greatest Feeling, Love 2.0., Campus, 2013